Rejoins-nous

Culture

Les clauses les plus folles dans le football (Et nos propositions)

La semaine dernière, les documents « Football Leaks » ont une nouvelle fois secoué le monde du football professionnel. Et ils devront encore offrir leur lot de révélations puisque les médias impliqués ont promis un mois de révélations. 

Le cas le plus commenté a été celui du Paris Saint-Germain et notamment celui de la « prime d’éthique », indiquant entre autres que les joueurs doivent aller saluer les supporters après chaque match pour la toucher. Ce genre de clause est finalement assez commun dans le monde du football. Néanmoins, on se fait un petit tour d’horizon des conditions les plus loufoques et décalées des contrats de footballeurs professionnels !

1/ Les crachats – Mario Balotelli

L’adage « mieux vaut prévenir que guérir » a été appliqué à la superstar italienne, connu pour ses nombreuses frasques extra-sportives. Lors de son passage à Liverpool (2014 – 2016), le contrat de Super Mario était composé d’une prime de « bonne conduite », qu’il touchait s’il n’avait pas de comportement violent, d’insultes ou s’il ne crachait pas sur ses adversaires. Montant débloqué par le club de la Mersey en cas de salive gardée dans la bouche de l’Italien : 1,2M d’euros.

2/ La couleur des chaussures  – Van der Vaart

Ancien international néerlandais, passé par le Real Madrid, l’Ajax ou encore Tottenham, l’attaquant a connu une carrière exemplaire. Cependant, cela n’a pas empêché le Betis Séville de lui imposer de ne pas jouer avec des chaussures comportant ne serait-ce que la plus petite trace de couleur rouge. Explication : ces couleurs sont bannies car ce sont celles de l’ennemi juré, le FC Séville. L’histoire de nous dit pas si la règle était la même pour ses sous-vêtements…

3/ Le jet privé – Samuel Eto’o

Transfert record de l’été 2011 lorsqu’il est passé de l’Inter Milan à l’Anzi Makhachkala, Samuel Eto’o a imposé une condition bien particulière au club russe en plus d’un salaire mirobolant (20,5M d’euros par an) : un moyen de transport aérien. Le camerounais ne souhaitant pas vivre à Makhachkala, a réussi à obtenir de la part de son président un transport en jet privé ou hélicoptère depuis Moscou, sa ville de résidence. En tout, il faisait 3800 km aller/retour pour aller à l’entraînement. Pour le côté pratique (et écologique), on repassera…

4/ Le malus PSG – Paul Pogba

C’est un secret de polichinelle, le Paris Saint-Germain a essayé de recruter l’international français plusieurs fois depuis l’arrivée des qataris. C’est à la Juventus que « La Pioche » a véritablement explosé aux yeux du grand public, à partir de la saison 2012-2013. Les Turinois, conscients de la pépite qu’ils avaient entre les mains, ont proposé un nouveau contrat à Pogba, lui accordant le salaire le plus élevé du club, accompagné d’une clause libératoire de 70 millions d’euros. Montant que devra payer n’importe quel club souhaitant enrôler la jeune pépite sauf… le PSG, qui lui, voyait sa note s’alourdir de 10 millions d’euros en cas d’achat de l’international français. Un chiffre « à la tête du client », probablement…

5/ La vie – Olarenwaju Kayode

Et oui, un contrat professionnel peut aller jusqu’à contrôler la vie d’un sportif… L’exemple frappant est celui de Olarenwaju Kayode, joueur nigérian de l’Austria de Vienne, qui possèdait des clauses lui indiquant des lieux et des heures de sorties privées, les lieux où est-ce qu’il peut fumer, s’il peut utiliser son téléphone portable, etc. 30% de son salaire lui était même amputé s’il osait arriver ivre à l’entraînement. Un contrat peut être excessif mais visiblement payant, puisque Kayode a quand même marqué 37 buts en 85 matchs (1 buts / 2,27 matchs) lors de son passage à l’Austria de Vienne…

Les contrats des joueurs professionnels de football disposent donc de clauses diverses et variées, donnant lieu le plus souvent à des compensations financières. Et si on poussait le vice encore plus loin ? Voici quelques propositions de primes qui pourraient figurer dans un contrat de footballeur !

  • La prime « Louis II » : dans le cas où il y ait plus de joueurs sur le terrain que de supporters en tribune
  • La prime « but du pied opposé » : pour montrer que le pied gauche ne sert pas qu’à monter dans le bus…
  • La prime « 3 passes consécutives » : Sacré challenge quand on voit le niveau de certains Angers-Dijon, Caen-Amiens ou encore Toulouse- Reims…
  • La prime « Chasuble » ou la « Chaussette » : Dans le cas où le joueur n’éprouve aucune difficulté à enfiler son équipement à l’échauffement ou avant de rentrer sur le terrain (c’est pour vous messieurs Balotelli et Aurier).
  • La prime « Célébration » : A chaque célébration réussie sur le terrain et notée d’un 10/10 par un jury artistique. Antoine Griezmann est fan de cette prime. Giovanni Sio un peu moins.

Et vous, quelles seraient vos idées de primes et de clauses complètements loufoques à appliquer à nos chers et tendres footballeurs ?

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Culture