Rejoins-nous

Serie A TIM

[Serie A – 16e journée] La Juventus remporte le derby, Naples et l’Inter s’accrochent

Grâce à un penalty de Cristiano Ronaldo, la Juventus sort vainqueur du chaud derby de Turin. Après leurs éliminations en Ligue des Champions, l’Inter et Naples se sont imposés par le plus petit des scores et tentent de suivre tant bien que mal le rythme imposé par le leader Turinois. Enfin la Roma s’impose et évite pour le moment la crise…

Un pénalty, et c’est tout. Dans un derby de Turin peu emballant, Cristiano Ronaldo a tout de même permis à la Juve de s’imposer sur la pelouse du Toro (0-1) samedi soir, lors de la 16e journée de Serie A. Les Bianconeri enchaînent une septième victoire en championnat, et sont plus que jamais leaders avec onze points d’avance sur Naples. Les hommes de Walter Mazzarri, sixièmes au coup d’envoi ont glissé de 4 places à l’issue de cette journée. Pour voir du spectacle, ce n’est pas devant ce Torino – Juve qu’il fallait être samedi soir.

Dans un derby excitant sur le papier, étant donné le bon début de saison du Toro, les deux équipes ont livré un match verrouillé du début à la fin, ou presque. C’est finalement d’une erreur de Simone Zaza qu’est venue la décision. Redescendu pour défendre, le malheureux attaquant italien a mal assuré sa passe en retrait à Salvador Ichazo. Entré en jeu après la blessure à la hanche gauche de Salvatore Sirigu (20e), le portier uruguayen a été obligé de faire faute sur Mario Mandzukic. Une aubaine pour les Bianconeri. D’un plat du pied droit assuré, bien que touché par son vis-à-vis, CR7 a inscrit le 5000e de la Juve en Serie A, son onzième de la saison.

De quoi, surtout, offrir à la formation de Massimiliano Allegri une nouvelle victoire dans le derby turinois. Avant cela ? Pas grand-chose. En première période, Salvatore Sirigu (15e) et Mattia Perin (33e) ont sorti une parade chacun, avant que Blaise Matuidi ne donne des sueurs au stade olympique après la reprise (55e). Bien organisés et portés par un Andrea Belotti généreux, les locaux auraient pu espérer mieux dans cette rencontre. Mais après avoir accroché, entre autres, l’Inter Milan (2-2), la Fiorentina (1-1) et le Milan AC (0-0) cette saison, les Grenats ont buté sur une marche plus haute encore. Visiblement trop haute pour tout le championnat, jusqu’ici.

Naples sur le fil…

Dauphin de la Juve, Naples a pour sa part attendu le temps additionnel et un superbe coup franc de Milik pour enfin forcer la décision à Cagliari (1-0) et revenir à huit points du leader. En expédiant de 25 mètres son coup franc hors de portée de Cragno, le gardien de Cagliari, le Polonais a ainsi sauvé le semblant de suspense qui reste en tête du championnat d’Italie.

Auparavant, Naples avait souffert face à la très bonne organisation de l’équipe sarde, le large turn-over pratiqué par Ancelotti après l’élimination subie mercredi en Ligue des champions à Liverpool n’ayant pas apporté la fraîcheur espérée. La partie, terne, hachée et pauvre en occasions a donc été décidée sur un seul geste, de classe, de l’avant-centre du Napoli, auteur sur le coup de son 8e but de la saison.

… Et la Roma respire

Il y avait une atmosphère de crise dimanche au Stade Olympique, où les tifosi de la Roma avaient prévu une grève des encouragements pendants les 10 premières minutes du match. La tension était même palpable dans toute la ville, où des dizaines de banderoles hostiles au président du club, James Pallotta, avaient été déployées dans la nuit de samedi à dimanche. L’homme d’affaires américain est jugé responsable du mauvais début de saison, au même titre que Di Francesco et Monchi, le directeur sportif espagnol, auquel il est reproché le départ de plusieurs titulaires, du gardien Alisson aux milieux de terrain Nainggolan et Strootman.

Dans cette ambiance sinistre et pour ce qui avait pour lui des airs de match de la dernière chance, Di Francesco avait décidé de changer de système, avec trois défenseurs mais sans avant-centre de métier. Et l’AS Rome a obtenu une victoire de convalescent dimanche soir face au Genoa (3-2). Di Francesco avait oublié que dans le catalogue des catastrophes qui ont frappé son équipe lors de cette saison terrible, il manquait la boulette de gardien. Celle d’Olsen dimanche a été énorme et a permis à Krzysztof Piatek d’ouvrir la marque dès la 18e minute et de reprendre seul la tête du classement des buteurs (12 buts). Les Giallorossi auraient alors pu sombrer mais ils ont réagi, sur coup de pied arrêté, l’une de leurs seules armes actuellement. Fazio a ainsi égalisé (31e), mais le Genoa est immédiatement repassé devant grâce à Hiljdemark, au milieu d’une défense passive (33e).

Là encore, les Romains ont eu le mérite de réagir, avec leurs moyens limités, et c’est le jeune Justin Kluivert qui leur a sorti la tête de l’eau. Il a d’abord égalisé sur une belle action individuelle (45e), son premier but en Serie A, puis a offert à Cristante une passe décisive pour le but du 3-2 (59e). Après une avalanche de mauvais résultats contre les petits, la Roma a cette fois réussi à gagner trois points, précieux puisqu’ils lui permettent de remonter à la 6e place et qu’ils offrent un peu d’air à Di Francesco.

Icardi sauve l’Inter, la Fiorentina gagne enfin

Dans les autre rencontres, L’Inter Milan a ouvert la 16e journée par une victoire à l’arraché face à l’Udinese. Les Milanais ont largement dominé la rencontre, mais, trop maladroits, ont peiné à tromper Juan Musso, le gardien adverse. Ils ont dû, comme souvent, s’en remettre à Mauro Icardi. Après avoir manqué une énorme occasion à la 66e minute Icardi a transformé un penalty à la suite d’une main de Fofana sur un corner. Après utilisation du VAR par l’arbitre, Icardi a trompé Musso d’une superbe Panenka. L’autre Milan jouera lui mardi, sur le terrain de Bologne.

Sans le moindre succès depuis le 30 septembre (six nuls, deux défaites), la Fiorentina a renoué avec la victoire dimanche en Serie A contre Empoli (3-1). Un résultat d’autant plus appréciable que les Florentins ont été menés à Artemio-Franchi avant de renverser le score face au 16e du Championnat. Auteur sur le fil du but égalisateur le week-end dernier contre Sassuolo (3-3), Kevin Mirallas, titulaire pour la quatrième fois seulement avec la Viola, a inscrit son deuxième but en une semaine pour remettre les deux équipes à égalité d’une belle frappe dans la course sur un service en profondeur (40e). Simeone au retour des vestiaires et Bryan Dabo, passé par Lyon, ont scellé le score pour la Fio, qui rentre dans la première moitié de tableau à la 9e place.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Serie A TIM