Rejoins-nous

Made In Ligue 1

Thomas Lemar, l’heure de l’explosion

Formé à Caen, Thomas Lemar joue depuis cet été pour l’Atlético Madrid. Après un début de saison plutôt réussi, l’ancien monégasque est de plus en plus apprécié de son entraîneur. À lui de se révéler plus encore, dans une équipe qui n’attend que ça.

Désirés par tous il y a un an et demi après une saison exceptionnelle avec l’AS Monaco, Thomas Lemar a finalement fait son choix l’été dernier. Et l’ailier gauche, qui peut aussi être aligné comme 8, a décidé de signer pour l’Atlético Madrid de Diego Simeone, où il a rejoint deux potes à lui, Lucas Hernandez et Antoine Griezmann. Ce choix s’inscrit dans une progression quasi linéaire de l’international français, qui l’aura vu être champion du monde avec l’équipe de France en Russie à l’été 2018.

La montée à Caen

Né le  à Baie-Mahault en Guadeloupe, Thomas Lemar reste sur l’île jusqu’à ses 15 ans avant de rejoindre l’hexagone et le centre de formation du Stade Malherbe de Caen. Choisi pour sa qualité technique et sa vision du jeu, l’adolescent, encore frêle, va faire ses classes en Normandie et rapidement séduire les recruteurs et ses entraîneurs. Il surclasse même toutes les catégories de jeunes et arrive en équipe de France U17 en 2013 alors qu’il n’a pas encore commencé à jouer dans l’équipe A de Caen. Mais sa première ne se fera pas attendre puisqu’il signe la même année son premier contrat pro et commence comme remplaçant lors de la première journée de Ligue 2 avant de remplacer Jérome Rothen.

Pour sa première saison, il joue 7 matchs, avant d’être un peu plus utilisé l’année suivante en Ligue 1. Il prend en effet part à 25 matchs cette année là et connaît sa première titularisation lors de la 11e journée. Il marquera son premier but avec le Stade Malherbe de Caen un peu plus tard, puisque ce sera à l’occasion de la 31e journée face à Nantes. Comme un clin d’oeil à son talent, c’est sur un coup franc direct que l’ailier gauche inscrira pour la première fois son nom au tableau des scores. À la fin de la saison, il est convoqué avec l’équipe de France des moins de 20 ans pour le Tournoi de Toulon, où ses bons matchs attirent les plus grands clubs français. Il s’engage finalement en juin avec Monaco pour 4 millions d’euros.

La consécration à Monaco

Sur le rocher, Lemar va se révéler. Et son talent ne mettra pas longtemps à éclabousser l’AS Monaco puisqu’il marque dès son premier match et offre un mois plus tard une passe décisive à Martial tout en scorant une nouvelle fois. Son début de saison canon lui laisse souvent une place de titulaire dans le 11 et il n’est pas étranger à la belle troisième place obtenue par les monégasques lors de la saison 2015-2016. Néanmoins, sa meilleure saison est sans aucun doute la suivante où Thomas Lemar fut éblouissant.

En 2016-2017, il fait partie intégrante du 11 de Jardim qui remportera la Ligue 1 à la fin de la saison au nez et à la barbe du PSG et qui atteindra le dernier carré de la Ligue des Champions. Son entente sur la gauche avec Benjamin Mendy, ses échanges avec Kylian Mbappé, ses relais au milieu avec Fabinho, Bakayoko ou encore Bernardo Silva restent encore dans les têtes des supporters monégasques, déjà nostalgiques de cette époque récente. Avec 14 buts et 14 passes décisives en un peu plus de 50 matchs dans l’exceptionnelle saison monégasque, il fut l’un des pionniers de la réussite du club de la principauté. À l’été, malgré de belles offres d’Angleterre, il reste à Monaco et réalise une saison suivante bien plus décevante, miné par le fait de ne pas être parti comme de nombreux autres joueurs. Il rebondit finalement à l’été 2018 à l’Atlético Madrid où il signe contre un chèque de 70 millions d’euros.

En attendant mieux ?

En parallèle, Lemar gagne petit à petit sa place en équipe de France, notamment lors de sa superbe saison en 2017. Après sa première sélection en novembre 2016, il marque un doublé important  face aux Pays-Bas en éliminatoires de la Coupe du monde de football 2018, dans un match où il impressionne les observateurs au poste d’ailier gauche. Malgré sa saison 2017-2018, il parvient à être dans la liste des 23 de l’équipe de France pour la Coupe du Monde où il ne jouera qu’un match, face au Danemark (0-0). Il devient donc champion du monde le 15 juillet après que les Bleus battent la Croatie (4-2). 

Son retour à Madrid se fait avec deux autres champions du monde, évoqués précédemment, Hernandez et Griezmann. Dans la capitale espagnole, Thomas Lemar remporte la Supercoupe d’Europe dès son premier match contre le Real Madrid (4-2, a.p.). Il enchaîne ensuite comme titulaire dans le début des saisons des Colchoneros où il marque son premier but contre Getafe. Néanmoins, un petite blessure va le sortir du 11 titulaire et il connaît depuis, plus de difficultés à s’imposer de façon franche. Néanmoins, il peut compter sur le soutien de son entraîneur Diego Simeone qui disait de lui en septembre : « Je vois qu’il en veut. Dès le moment où il est arrivé, il a montré une prédisposition énorme pour se mettre au service de l’équipe, en dépit de ses qualités ». Après s’être remis d’une blessure à la cheville, il ne fait nul doute que le sens du sacrifice et l’incroyable qualité de passe que possède Thomas Lemar vont lui permettre de définitivement s’imposer avec l’Atlético, pour, pourquoi pas, remporter un nouveau titre cette saison.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Made In Ligue 1