Rejoins-nous

Culture

Quand une performance devient historique

Retour sur une sélection des plus grands exploits individuels, dans la plus prestigieuse des compétitions, la Ligue des Champions. Ces choix font l’unanimité mais d’autres joueurs auraient facilement pu intégrer cette liste. Mais comme toujours dans le football, il faut faire des choix. 

Cristiano Ronaldo s’élève dans le ciel pour un but magistral contre la Juventus (3 avril 2018)

Performances XXL en Ligue des Champions est synonyme de Cristiano Ronaldo, tant le buteur portugais brille dans cette compétition. Quintuple vainqueur, recordman de buts, celui qui a fait les beaux jours du Real Madrid a réalisé plusieurs prestations qui resteront à jamais dans l’histoire de la compétition. Mais celle du 3 avril 2018, sur la pelouse de la Juventus Turin est l’une des plus belle. La coupe aux grandes oreilles est son terrain de jeu.

Sa démonstration a été telle que les spectateurs du Juventus Stadium se sont même levés pour applaudir le talent du grandiose Cristiano Ronaldo. Déjà auteur de l’ouverture du score sur un service d’Isco en première période, Le Portugais a ensuite inscrit un bijou dont lui seul à le secret.

Au point de penalty, Cristiano Ronaldo a fait parler son talent, mais aussi sa plus grande force : sa condition physique et sa sangle abdominale, pour s’élever à hauteur de son adversaire direct et inscrire une bicyclette acrobatique, qui laisse Buffon scotché sur sa ligne. Même son entraîneur, Zinedine Zidane n’en revient pas. L’histoire se répète, Le numéro 7 madrilène n’a pas besoin de briller dans le jeu, mais il lui suffit d’éclairs pour changer le destin d’un match…

Lewandowski, quadruplé contre le Real Madrid (24 avril 2013)

48 minutes ! Il aura fallut 48 minutes au grand Robert pour réaliser un quadruplé, écoeurer la charnière centrale Ramos/Pepe et faire plier le Real Madrid à lui seul au match aller, en demi finale de la Ligue des Champions, avec le Borussia face au Real (4-1). Une performance que l’on n’avait plus vu depuis Puskas dans les années 60, à ce stade de la compétition.

Ce 24 avril, Lewandowski est passé dans une autre dimension, celle des grands. Ce soir là, le monde a découvert l’étendue de son talent et l’un des meilleurs joueurs polonais, grand, puissant, technique et avec un sang froid incroyable. Que ce soit en renard des surfaces sur son premier but ou avec un enchaînement de classe sur son troisième l’attaquant était sur son petit nuage. Malheureusement pour lui, Dortmund échoua en finale contre le Bayern Munich, club ou il évolue désormais et où il est (déjà) un buteur de légende.

Messi humilie Boateng et le Bayern (6 mai 2015)

Il y a des actions de but dont le souvenir semble déjà lointain dès la fin d’une rencontre. Et il y en a d’autres qui resteront gravées dans les esprits, en détails, pour de longues années. Ce 6 mai 2015, le public du Camp Nou semblait s’être fait une raison. L’affiche de rêve entre le Barça et le Bayern allait se terminer sur un score nul et vierge.

« Messi est la différence entre un grand joueur et un joueur unique« , tentait d’expliquer après le match Rakitic, son coéquipier du Barça. Oui, Messi est unique.  Et les mots ne suffisent parfois plus pour le juger. Car ce soir là, Messi en avait décidé autrement. Premier acte à la 77e minute : servi par Alves à l’entrée de la surface, l’Argentin a profité du peu d’espace laissé par la défense allemande pour armer une frappe imparable le long du poteau (1-0, 77e). Un but splendide qui n’est rien à côté du chef d’œuvre inscrit trois minutes plus tard.

A la 80e minute de cette demi-finale aller, servi par Rakitic à l’entrée de la surface bavaroise, sur la droite, le lutin argentin s’est lancé balle au pied dans une course vers l’histoire, une course vers un exploit technique que personne n’oubliera de sitôt.

D’un double crochet extérieur-intérieur du pied gauche, il a transformé Jérôme Boateng, très bon jusque-là, en vulgaire quille de bowling. Celle qui vacille, vacille, avant de tomber après toutes les autres au sortir d’un strike. Boateng sur les fesses, Messi a eu le temps de rendre misérable le mètre quatre-vingt-treize de Neuer d’un subtil ballon piqué du pied droit, que Rafinha aura tenté en vain de dégager sur la ligne. À cet instant, le Camp Nou tout entier s’est levé pour acclamer son génie, scandant son nom à l’envi. Le quadruple Ballon d’Or venait de faire basculer la demi-finale, tout seul. La suite ? Barcelone se qualifie pour la finale et remporte le trophée face à la Juventus (3-1).

Kaka conquit Manchester et l’Europe (24 avril 2007)

Durant cette soirée, Old Trafford a assisté à l’avénement d’un homme providentiel, touché par la grâce; Ricardo Kaka ! Manchester United reçoit le Milan AC en demi finale de la Ligue des Champions. Une affiche de rêve qui oppose Kaka et Cristiano Ronaldo en concurrence directe pour remporter le Ballon d’Or en fin d’année.

Dès la cinquième minute, c’est Cristiano Ronaldo qui s’illustre le premier en marquant de la tête sur corner, après une sortie ratée de Dida. Le match est lancé pour de bon. Et c’est à partir de ce moment, que le Brésilien sort de l’ombre pour illuminer cette rencontre.

Et c’est à la vingt-deuxième minute que la lumière vient. Sur une passe de Seedorf, Kaká, à l’entrée de la surface de réparation, prend de vitesse la défense mancunienne et vient égaliser pour les Rossoneri. La tentative de Gabriel Heinze pour rattraper le brésilien est vaine, tant le numéro 22 est rapide. Sa frappe du pied gauche, dans un angle quasiment fermé, laisse Van der Sar impuissant et médusé.

Le maitre à jouer du Milan AC est dans tous les coups, il régale et rend complètement fou ses adversaires. La machine est lancée. 37e minute, le but qui va marquer la carrière de Kaka s’enclenche.

Sur un long dégagement de son compatriote Dida, Kaká est à la lutte avec Fletcher pour la réception du ballon, mais la puissance physique du brésilien prend le dessus. Puis arrive Heinze pour mettre un terme à sa course. Kaka l’élimine d’un splendide coup du sombrero. C’est au tour d’Evra d’arriver à toute vitesse pour tenter une dernière fois de stopper la course folle du brésilien. C’est sans compter sur l’intelligence du joueur, qui voit le Français foncer désespérément sur lui. Dans son mouvement, Evra percute Heinze qui finit au sol, les deux joueurs sont impuissants et voient le Milanais ajuster Van Der Sar.

Par la suite, il déclarera que ce but légendaire est l’un des plus beaux de sa carrière. Comment lui donner tort ? Il est sans doute l’un des plus importants, également. Cette même année, il remporte la Ligue des Champions et ensuite le Ballon d’Or.

D’autres performances exceptionnelles

Bien sûr, si ces 4 matchs demeurent incroyable au niveau de la réalisation individuelle, il existe de nombreuses autres performances légendaires en Ligue des Champions. On aurait par exemple pu parler du quintuplé de Messi contre Leverkusen, de son quadruplé face à Arsenal, du quintuplé de Gomis contre le Dynamo Zagreb, du quintuplé de Luis Adriano avec le Shaktar Donetsk face au Bate Borisov en 2013 ou encore plus récemment, du match sensationnel de Tadic avec l’Ajax contre le Real Madrid. Il n’y a pas à dire, la Ligue des Champions est vraiment la compétition qui transcende les joueurs, pour notre plus grand bonheur.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Culture