Rejoins-nous

International

Les Bleues peuvent-elles le faire ?

Ce vendredi débute la Coupe du Monde féminine de la FIFA en France. L’équipe de France féminine a t-elle les moyens de ramener la Coupe à la maison ?

Pour imiter leurs homologues masculins, les joueuses de l’équipe de France vont devoir être au niveau et montrer qu’elles ont les capacités de glaner leur première étoile. La huitième édition de la Coupe du Monde féminine qui commence ce vendredi soir par un match entre la France et la Corée du Sud au Parc des Princes à Paris, sera plus médiatisée que jamais. Et si à la clé il y a un succès historique, les trois meilleures équipes de la compétition seront aussi directement qualifiées pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Oser briller

Pour rejoindre l’objectif fixé par la Fédération, il faudra briller. La FFF veut voir les Bleues atteindre au moins les demi-finales (l’objectif était le même pour les hommes) bien qu’il se murmure que toutes les joueuses visent la finale, qui se jouera au Groupama Stadium à Lyon le 7 juillet prochain. « Ose briller » (« dare to shine » en anglais) est le slogan de cette Coupe du Monde où vont s’affronter les meilleures joueuses de la planète.

Et l’Équipe de France, tombée dans un groupe assez simple (Corée du Sud, Nigéria, Norvège) possède certaines de ces joueuses. Malgré l’arrêt de la génération des Camille Abily ou Louisa Necib, d’autres cadres telles que Wendy Renard, Amandine Henry ou encore Eugénie Le Sommer) sont toujours là. Elles essayeront d’emmener l’équipe au sommet, bien entourées par les jeunes qui poussent (Mbock, Cascarino, Diani) le tout dans un collectif bien huilé. Tout ce beau monde est dirigé par Corinne Diacre, ancienne capitaine des Bleues (121 sélections entre 1993 et 2005), qui applique une méthode de management basée sur la rigueur, la performance et la persévérance.

Les États-Unis en quarts ?

Toutes ce raisons font des françaises l’une des équipes favorites pour remporter le titre. Cependant, elles ne seront pas les seules à la chasse du trophée. Il y aura, d’abord, les tenantes du titre, les États-Unis. Voulant réaliser le doublé et remporter leur 4e Coupe du Monde (ce qui serait un record) les « Stars and Stripes » vont se présenter avec une équipe rajeunie (11 des 23 feront leur premiers pas en Coupe du monde). Désignées comme les favorites à leur propre succession, elles possèdent sans doute la meilleure attaque des équipes présentes.

Entre Morgan Rapinoe et Alex Morgan, l’emblématique capitaine de la sélection, il y a des cartouches. Cependant, la récente défaite en amical contre les Bleues (1-3, le 19 janvier), a montré qu’elles n’étaient pas imbattables. Et les deux équipes pourraient se retrouver dans un quart de finale qui promet d’être explosif, si elles font le parcours parfait. Au-delà des USA, le Japon est aussi un prétendant sérieux (finalistes en 2015), tandis que l’Allemagne et l’Angleterre semblent aussi taillées pour aller au bout. Les français n’ont jamais fait mieux que 4e (en 2011) et se sont faites sortir en quarts il y a 4 ans. Alors, cette fois, c’est la bonne ?

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in International