Rejoins-nous

Made In Ligue 1

Jean-Michael Seri, un avenir indécis

Alors qu’on pensait son aventure en Angleterre partie pour durer, le milieu de terrain ivoirien semble vouloir voguer vers une nouvelle destination. Avec un possible retour en France ?

C’est le 19 juillet 1991 que Jean-Michael Seri voit le jour à Grand-Béréby, en Côte d’Ivoire. Et c’est dans son pays natal que la carrière du footballeur va débuter, au centre Cyrille Domoraud puis formé à l’ASEC Mimosas à partir de 2010. Le jeune joueur fait ses gammes, se voit surnommer Marcelo Gallardo (en référence au numéro 10 argentin) et s’établit comme milieu de terrain avant de quitter la Côte d’Ivoire pour le Portugal.

En 2012, à 21 ans, c’est le FC Porto qui lui tend les bras. Oui mais voilà, Seri n’y connaîtra que l’équipe réserve avant de débarquer à Paços de Ferreira, toujours au Portugal, en août 2013. C’est là véritablement qu’il s’épanouit. Le jeune joueur y dispute pour la première fois une compétition européenne (la Ligue Europa) et il est même appelé en équipe nationale début 2014.

La révélation à l’OGC Nice

Il faudra néanmoins attendre son arrivée en France à l’été 2015, du côté de l’OGC Nice, pour qu’il explose aux yeux des observateurs européens. Tout au long de ses trois saisons au Gym, Seri se dévoile comme l’un des meilleurs passeurs de Ligue 1. Il brille dans l’entrejeu et sur coups de pied arrêtés. Son entraîneur de l’époque Claude Puel le décrit comme un spécialiste de la passe cachée. Très polyvalent au milieu de terrain, il est capable de jouer défensif comme relayeur ou meneur de jeu.

À l’été 2018, Jean-Michael Seri prend le chemin de l’Angleterre et signe pour 4 ans à Fulham pour un montant évalué à 30 millions d’euros. Mais le transfert va faire des remous avec une affaire judiciaire, le joueur accusant Nice d’avoir sous-évalué le prix de son transfert, faisant ainsi baisser le montant de sa prime. Et l’aventure anglaise ne se passe pas comme prévue. Une saison pleine et 32 matchs disputés plus tard, c’est la relégation en Championship.

Une partie de l’Europe à ses pieds

Son avenir anglais semble donc compromis. Alors qu’il participe actuellement à la Coupe d’Afrique des Nations avec la Côte d’Ivoire, Seri est sur les tablettes de nombreux clubs européens, notamment pour un prêt. Galatasaray et Crystal Palace seraient sur les rangs tout comme les clubs italiens de Naples, l’Inter Milan et l’AS Rome. On parle également d’un possible retour en France du côté de l’Olympique Lyonnais ou de l’AS Monaco selon les médias anglais. Mais avec un salaire aux alentours des 300 000 euros mensuels, Seri devra sûrement accepter de revoir ses ambitions à la baisse. Suite au prochain épisode.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Made In Ligue 1