Rejoins-nous

International

La vague Oranje prête à déferler sur les États-Unis

L’équipe féminine des Pays-Bas s’est qualifiée pour sa première finale de Coupe de Monde ce mercredi soir à Lyon grâce à son succès sur la Suède. Mais il ne sera pas facile d’aller détrôner les États-Unis en finale ce dimanche. 

Dominées elles ont fait le dos rond. Mises en difficulté, elles ont pu compter sur Van Veenendaal, la gardienne. Et lorsqu’elles étaient sur le point de craquer, c’est le poteau qui les a sauvées. Il n’est pas peu dire que la sélection féminine des Pays-Bas qui a obtenu sa qualification en prolongations ce mercredi face à la Suède (1-0) a eu chaud. Mais sa solidité lui a permis de rester dans le match et sa gardienne a été impériale, multipliant les parades décisives face à Blackstenius (13e), sur un coup franc d’Erksson en corner (19e) ou encore à bout portant devant Hurtig (37e).

Si la deuxième mi-temps sera plus équilibrée (les deux équipes vont frapper les montants), aucune des deux sélections ne parviendra à prendre l’avantage et à se démarquer, emmenant suédoises et néerlandaises en prolongations. Et dans cette demi-heure supplémentaire, ce sont les championnes d’Europe en titre qui vont faire la différence grâce à une frappe puissante et parfaitement croisée de Jackie Groenen (100e, 1-0), unique but d’une rencontre où la Suède aurait peut-être mérité mieux. Au final, la sélection entraînée par Sarina Wiegman jouera sa première finale dans un mondial.

Les États-Unis, encore et toujours

Et les Oranje retrouveront ni plus ni moins que le favori de la compétition : les États-Unis. Le championnes du monde en titre se sont défaites des anglaises (2-1) dans l’un des matchs les plus disputés de cette Coupe du Monde. Les américaines auront d’ailleurs connues toutes les peines du monde à se défaire de la sélection des trois lions qui a eu un pénalty pour revenir à 2-2 à quelques minutes du coup de sifflet final.

Auparavant, elles auront d’abord été menées au score par un but de Press (10e) avant de revenir au score grâce à Ellen White (19e, 1-1) à la suite d’une action rondement menée. Oui mais voilà, les USA possèdent les meilleures joueuses du monde, et l’une d’entre elle est sortie de sa boîte pour envoyer son équipe en finale : Alex Morgan. Le jour de ses 30 ans, l’attaquante américaine s’est offert un but de la tête et une célébration (mimant une personne anglaise qui boit le thé)  qui aura fait le tour du monde et n’aura pas été au goût de tous. Qu’importe, le goût du thé à la saveur idéale pour les tenantes du titre qui seront donc de la partie pour défendre leur trophée, ce dimanche à Lyon.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in International