Rejoins-nous

Les pépites à suivre

Kai Havertz la nouvelle étoile allemande 

Talent très précoce, Kai Havertz a réalisé une saison exceptionnelle avec son club formateur, le Bayer Leverkusen, battant tous les temps de passage pour un gamin tout juste âgé de 20 ans. La tête bien sur les épaules, le milieu offensif fait mine de ne pas trop penser à l’avenir alors que les plus grands clubs d’Europe sont à ses pieds. 

En France, ce nom ne vous dit peut-être rien, sauf pour les passionnés de Football Manager. Mais en Allemagne, il incarne à merveille la notion de surdoué. Lancé en Bundesliga à 17 ans et 126 jours, l’étoile du Bayer Leverkusen – où il évolue depuis ses 11 ans – est devenu le plus jeune joueur de l’histoire à disputer 50 rencontres en Championnat, en avril 2018, à 18 ans et 307 jours. Ne comptez pas sur lui pour effectuer la dernière danse ou arborer la coupe de cheveux du moment, Havertz s’est construit sur un schéma simple, avec une maturité rare.

Un gaucher pas comme les autres

Sur le terrain, il est un mélange d’élégance et de puissance. Le gaucher est capable d’évoluer dans plusieurs positions, en 10, en 9 et demi, sur un côté et même dans un registre plus défensif, et s’adapte grâce à une excellente lecture de jeu. Le reste relève de l’instinct. « Le pied gauche de Havertz est un don, a lâché un jour le directeur sportif du Bayer Rudi Völler, qui ne veut absolument pas le voir partir. Tout lui semble si facile. » Son influence sur le jeu, son aisance technique et son sang froid devant le but laissent ses admirateurs sans voix. Cette saison, Kai a fait preuve d’une efficacité devant le but plus qu’intéressante, en inscrivant 17 réalisations en Bundesliga. Malgré sa superbe saison, il a montré qu’il pouvait encore progresser. Sans lui, le jeu de son équipe est beaucoup moins fluide.

L’engouement autour de cette pépite est d’autant plus grand en Bundesliga puisqu’il est allemand et représente à n’en pas douter le présent et le futur de la Nationalmannschaft. Le sélectionneur allemand n’a d’ailleurs pas perdu de temps pour l’appeler chez les A en septembre dernier. Le jeune gaucher comptabilise déjà trois caps parmi les grands.

Alors forcément, celui qui s’inscrit dans la lignée des Ballack, Özil et autres Kroos alerte les plus grands clubs du monde. Avec de pareilles statistiques, le joueur ne devrait pas rester longtemps au Bayer. « C’est bien sûr une forme de reconnaissance lorsque vous entendez parler de l’intérêt des grands clubs, mais je peux tout cacher. Je me concentre uniquement sur Leverkusen. Je me sens très à l’aise au Bayer et je souhaite faire beaucoup pour l’équipe » a temporisé le gaucher fin février.

Havertz a encore un contrat courant jusqu’en 2022 et s’affirme comme l’un des plus grands talents de sa génération. Il ne semble pas pressé de partir même si forcément son téléphone et ceux de ses agents doivent sonner régulièrement. Tout de même, son nom revient de plus en plus souvent chez les grands clubs et maintenant qu’il a terminé ses études secondaires (ce qui lui a fait louper certains matches comme le retour en 8e de finale de Ligue des Champions à l’Atlético de Madrid en mars 2017), il a sans doute l’esprit plus libéré.

Le Bayer souhaite le conserver

Son club formateur pense déjà sans doute au joli chèque qu’il pourrait tirer d’un futur transfert mais il est pour l’instant sur la défensive. « Il est normal qu’un talent aussi unique ait d’autres ambitions à un moment donné. Nous en discuterons par la suite. Mais ce n’est pas encore le moment. Nous l’avons sous contrat jusqu’en 2022. C’est pourquoi nous pouvons dormir très calmement. Kai restera certainement cet été. C’est sûr » martelait Rudi Völler il y a peu, avant de concéder : « Bien sûr, nous sommes un club qui perd un joueur de temps en temps, c’est comme ça, nous ne sommes pas le Bayern Munich. »

Le directeur sportif sait de quoi il parle puisque ce week-end, SportBild révélait que les Bavarois avaient pris une longueur d’avance dans ce dossier. Pas habitué à dépenser des sommes astronomiques, le champion d’Allemagne en titre a déjà prévenu que ce mercato d’été serait unique dans l’histoire du club. Il faudra une somme d’au moins 65 M€ pour arracher les services du natif d’Aix-la-Chapelle et devancer la concurrence du Barça, de Chelsea, d’Arsenal ou encore du PSG. Autant de clubs qui ont un œil sur le surdoué.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Les pépites à suivre