Rejoins-nous

Ligue 1 Conforama

L1 tour des clubs : Nîmes, l’année de tous les dangers ?

Le Nîmes Olympique a été l’une des attractions de la saison 2018-2019, produisant un jeu léché et terminant dans le Top 10 alors qu’ils avaient prévu de lutter pour le maintien. Mais leur mercato timide pourrait coûter aux Nîmois la fraîcheur de leur jeu : quasiment tous les joueurs créatifs ont quitté le navire.

La saison dernière : Ils ont longtemps été l’attraction de la Ligue 1 ; les promus magnifiques, pleins d’audace et d’insouciance, au jeu offensif et risqué. Nîmes a terminé l’exercice dans le Top 10 (9e) alors qu’il était parmi les plus mauvais élèves en termes de budget et d’expérience. Personne n’aurait misé un kopeck sur un telle année pour les hommes de Bernard Blaquart. Avec, en prime, des victoires de prestige comme face à Marseille (3-1) ou Rennes (3-1). Nîmes a également fait éclore l’un des talents de la saison : Teji Savanier. Le chef d’orchestre du club a distillé 13 passes décisives pour devenir, tout simplement, le meilleur passeur de Ligue 1 devant Angel Di Maria.

La saison à venir : Le mercato nîmois a été très particulier. Le directeur sportif Laurent Boissier a quitté le club en plein été. Le dirigeant de 47 ans était aux manettes des transferts du club sur les quatre dernières saisons. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il avait réalisé plusieurs coups malgré le budget restreint du Nîmes Olympique. Le club a donc dû apprendre à faire sans lui. De plus, les grands artisans de la bonne saison nîmoise ont fait leurs valises.  Téji Savanier est parti à Montpellier pour 9 millions d’euros.  Denis Bouanga, Umut Bozok ou encore Sada Thioub sont aussi allés vers d’autres horizons. Jordan Ferri et Faitout Maouassa, en prêt la saison dernière, sont retournés au bercail. Le rayon des arrivées est bien moins fourni : Pablo Martinez (défenseur en provenance de Strasbourg), Zinédine Farhat (milieu du Havre), Haris Duljevic (milieu du Dynamo Dresde) et Romain Philippoteaux (attaquant d’Auxerre) auront du mal à pallier cette pluie de départs. Les ambitions de Nîmes sont difficiles à cerner. D’un côté, l’essorage intense qu’ont connu les rangs nîmois est révélateur. Les dirigeants ne semblent pas décidés à tout mettre en oeuvre pour que leur équipe reste dans l’élite. Autrement, pourquoi auraient-ils laissé partir la plupart des bons éléments ? D’un autre côté, l’annonce d’un nouveau stade construit d’ici 2023 montre que les volontés d’investissement à long terme existent bel et bien. Beaucoup d’interrogation demeurent à quelques jours du début du championnat, face au PSG.

Le coach : L’entraîneur Bernard Blaquart reconnaît que la situation est délicate : « J’en ai connu des trucs à Nîmes, mais la démission de Laurent, cela fait partie des moments forts ». Auteur d’un sans faute depuis sa nomination il y a quatre ans, Blaquart aussi aurait pu quitter le navire cet été, approché par Dijon au mois de juillet.  « Dijon pouvait m’intéresser, mais mon président Rani Assaf a mis un veto sur mon départ. C’était trop précipité, mais je ne regrette rien, sinon je ne serais pas là ». Là pour préparer au mieux une saison où il faudra encore « lutter pour décrocher son maintien. Tout le monde a conscience de notre tâche, la saison sera compliquée ». « Avec le plus petit budget du championnat, on sera encore le petit poucet de cette Ligue 1 », relève le technicien nîmois de 62 ans, apôtre du jeu offensif et formateur dans l’âme. Des principes à appliquer dès le premier match, face à l’ogre parisien pour espérer un exploit, mais qui pourraient ne pas suffire s’il manque toujours des recrues. « Il n’y a pas encore le feu, mais la situation est compliquée, il y a urgence à recruter rapidement » ne cache pas Blaquart. « Je ne suis pas inquiet, mais je m’interroge. La saison dernière, on était dans la découverte, là, on n’est pas compétitif ».

Le joueur clé : Fort heureusement pour le Nîmes Olympique, il reste un ultime héros : Renaud Ripart. Savanier et Douanga partis ? Tant pis. Avec 8 buts et 4 passes décisives, lui aussi a pris part à l’armada offensive nîmoise l’année dernière. Et il a rempilé pour une nouvelle année. A 26 ans, il n’a probablement pas encore tiré le maximum de ses possibilités. Athlétique, à l’aise balle au pied, il possède le jeu idéal pour mener l’attaque nîmoise ; d’autant que sans ses compères de l’année passée, il aura toute la marge nécessaire pour déployer son influence. Son apport dépendra aussi de l’entente qu’il trouvera avec la recrue Romain Philippoteaux. Nîmes a fait des pieds et des mains pour conserver Ripart dans l’effectif alors qu’il suscitait des convoitises de la part de Strasbourg ou de Nantes. Pour Ripart, la saison 2018-2019 sera certainement charnière ; dans un sens ou dans l’autre.

Le stade : Stade des Costières, 18 364 places.

Pronostic classement : 18e

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Ligue 1 Conforama