Rejoins-nous

Made In Ligue 1

Alexy Bosetti, épanouit outre atlantique

Connu pour être un enfant de l’OGC-Nice où il a joué pendant quelques saisons, Alexy Bosetti est depuis parti loin de sa côte d’Azur chérie. C’est maintenant en D2 américaine que l’ailier se fait plaisir.

Il n’a pas de temps à perdre. Il y a quelques semaines, Alexy Bosetti a rejoint un nouveau club, en D2 américaine (USL) et en moins de deux jours. C’est avec le El Paso Locomotive que le joueur de 26 ans a signé dans le cadre d’un échange. « Cela s’est fait très rapidement, à l’américaine. Ici, on ne perd pas de temps. Lundi, le coach m’a parlé de ce deal, le lendemain je disais au revoir à tout le monde »

La Ligue 2 des États-Unis, le français l’a connaît bien puisqu’il jouait à Oklahoma l’hiver dernier. Dans la Franchise créée en 2013, l’attaquant qui découvrait la Ligue Américaine s’est plutôt bien adapté. Dans une interview à une chaîne de télé locale, il expliquait que la différence avec ses expériences passées était qu’il trouvait le jeu plus physique et qu’il fallait qu’il s’habitue aux longs voyages et aux changements d’heures. Néanmoins, il semble avoir trouvé son compte outre-atlantique, puisqu’il vient de signer au Texas.

Nice, son amour

Avant son « rêve américain », Bosetti a connu une carrière en Ligue 1 et à l’OGC Nice son club de coeur dont il est membre de la Brigade Sud depuis son adolescence. Fin mai 2012, il fait ses débuts avec l’équipe première dans un match de championnat contre l’Olympique lyonnais. En novembre, il marque son premier but et commence à gagner sa place. Au mois de juillet 2013, le jeune joueur devient champion du monde avec l’Équipe de France de football des moins de 20 ans, en battant en finale à Istanbul, l’Uruguay.

La saison suivante il marque dans le nouveau stade de Nice, l’Allianz Riviera. En effet le club de la côte d’Azur quitte son enceinte historique, le Stade du Ray. « Mon père était supporter de Nice et membre de la Brigade Sud depuis sa création (1985). Il m’a emmené au stade quand j’étais enfant. La première année où je me rappelle, c’était en 2001, un an avant la montée en Ligue 1 de Nice. Nous étions au Stade du Ray à l’époque. J’étais conquis […] J’ai intégré le Kop à 13 ans en 2006. J’étais juste avec mes amis. À la base, j’étais en tribune latérale puis je suis allé en face de la Brigade avec mon coach, car c’était l’un des fondateurs de ce groupe« , explique l’ancien niçois à France TV.

De clubs en clubs

Alexy Bosetti fait donc partie de ces joueurs qui ont littéralement leur club collé à la peau, mais cantonné à un rôle de joker à Nice, il décide de quitter son confort pour rejoindre le Tours FC en prêt pour une saison. En Ligue 2, le style explosif de l’attaquant ne colle pas vraiment avec le club et il décide de partir l’année suivante au Sarpsborg 08 FF en Norvège. Là-bas aussi, le natif de Nice ne s’acclimate pas vraiment, la barrière de la langue et le style de jeu étant deux des raisons ne permettant pas à Bosetti de s’imposer dans la durée.

De retour à Nice sous Lucien Favre, il ne trouve pas sa place et après une saison passée à jouer avec la réserve, il part à Laval en août 2017 où il reste deux saisons avec 15 buts marqués en 37 rencontres. Début 2019, il décide donc de se lancer un nouveau challenge en rejoignant l’Oklahoma City Energy FC en D2 américaine. Après 6 mois d’acclimatation, il a donc choisi de continuer son année à El Paso au Texas. À 26 ans, l’ancien champion du monde de moins de 20 ans, parviendra t-il à se relancer comme il le souhaite ?

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Made In Ligue 1