Rejoins-nous

Made In Ligue 1

Dimitri Foulquier, l’ambition déçue

Après une jolie saison en Espagne, le latéral droit appartenant à Watford est retourné en Angleterre sans aucune certitude sur son avenir sur les terrains anglais. Retour sur son parcours atypique.

Natif de Sarcelles en région parisienne en mars 1993, c’est en Guadeloupe, sur la terre dont il est originaire, que Dimitri Foulquier fait ses gammes dans le milieu du football dès son plus jeune âge. À son retour en métropole en 2007, le latéral droit rejoint le centre de formation et les équipes de jeunes de Rennes en Bretagne. Un changement radical mais bénéfique puisque le jeune Foulquier est appelé en sélection nationale dès moins de 18 ans dès 2010 avant de disputer son premier match chez les professionnels en octobre 2011 en Ligue 1 avec Rennes. Il remportera même la Coupe du Monde des moins de 20 ans en inscrivant le pénalty de la victoire à l’été 2013 avant de jouer pour la sélection de la Guadeloupe depuis novembre 2018.

L’Espagne en choix du cœur

Après deux saisons chez les Bretons, Foulquier est prêté à Grenade à l’été 2013 avant de s’y engager pour trois saisons. Il y apprend les rudiments du football de haut niveau avant de signer pour le championnat anglais et Watford à l’été 2017. Mais le défenseur est immédiatement prêté au RC Strasbourg puis à Getafe la saison d’après.

« La Liga est un championnat que j’ai appris à connaître et où individuellement j’étais de mieux en mieux, racontait le Francilien en interview. J’ai connu des blessures qui m’ont freiné dans ma progression alors après l’année que j’ai passée en France à Strasbourg, je voulais revenir en Liga. Quand l’opportunité de Getafe s’est présentée, je n’ai même pas hésité. »

C’est en Espagne que Foulquier va exploser définitivement. Pas mal utilisé au poste de milieu droit, le Français se révèle l’an passé avec trois buts inscrits et une omniprésence remarquée. « Même si pour moi c’est plus évident de jouer arrière droit, je donnerai toujours le maximum peu importe la position où on me place. Je suis un joueur qui n’a pas l’habitude de se retrouver dos au jeu, devoir être au cœur du jeu parfois avec ses adversaire dans le dos, prendre des informations, ça peut être compliqué. En revanche, vu que je suis un latéral qui aime bien attaquer, pour prendre la profondeur c’est moins difficile pour moi. »

L’Angleterre en point de chute

Le temps des ambitions est-il arrivé ? On le pensait, avec un nouveau prêt au club espagnol, cinquième de Liga l’an passé, qui semblait d’actualité pour poursuivre sur cette lancée et relever un nouveau défi sportif. Mais pas question pour Watford de céder son joueur à moins d’un transfert pour deux millions d’euros. Aucun accord n’a finalement été trouvé entre les deux parties lors du mercato estival.

Direction l’Angleterre donc pour Foulquier et un premier match le 27 août dernier sous les couleurs de Watford, en Coupe de la Ligue. Mais depuis, le Frenchie n’a toujours pas joué une minute en Premier League. Sera-t-il dans les petits papiers de Quique Sanchez Flores le nouvel entraîneur des Hornets, après le limogeage surprise de Javi Garcia le week-end dernier ? Réponse dans les semaines à venir.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Made In Ligue 1