Rejoins-nous

Ligue 1 Conforama

[Ligue 1 – 8e journée] De l’air, de l’air

Certains auront profité de cette 8e journée pour mieux respirer et d’autres, au contraire, attendent une bouffée d’oxygène après un week-end compliqué. Au classement, le PSG est en tête et Dijon est dernier.

C’était un horaire inhabituel, mais pourtant, ce fut une prestation habituelle. L’Olympique Lyonnais, qui accueillait ce samedi à 13h30 dans un Groupama Stadium à peine garni aux deux tiers le FC Nantes, a eu du mal. Beaucoup de mal. Mais pourtant, les lyonnais, qui restaient sur 6 matchs sans victoire avant le début de la rencontre se sont créés des occasions. Malheureusement, ils sont tombés sur un Alban Lafont en état de grâce, s’imposant notamment face à Memphis et Dembélé. Peu inspirés, faibles techniquement à l’image d’un Bertrand Traoré sorti à la pause, Lyon faisait parfois peine à voir. Et le but encaissé, fut lui aussi misérable. Sur une action anodine, Marçal a contré Moutoussamy et a lobé Anthony Lopes, qui a sauvé le ballon trop tard, comme lui a indiqué la montre de Mr Millot.

Cependant, le coach a essayé de réagir. Les changements de Sylvinho furent en effet effectués, une fois n’est pas coutume, tôt dans la partie. Mais ni Maxwell Cornet, ni Martin Terrier qui aura eu l’ultime occasion d’égaliser mais qui a buté, lui aussi sur Lafont, n’auront su amener ce vent de fraîcheur tant désiré. L’OL s’enfonce dans la crise et comme l’a dit Juninho après la rencontre : « C’est au président de prendre la meilleure décision« . Le président lui, a vivement réagit sur Twitter à l’article de Vincent Duluc, accusant le journaliste de l’Equipe de tenter de déstabiliser la maison OL, déjà fragilisée par ces mauvais résultats.

Neymar et Monaco vont mieux

Un peu plus tard, Paris était en déplacement à Bordeaux. Et de vraiment impliqué côté bordelais, il n’y avait que le public. Car sur le terrain les Girondins se sont fait dominer, acculés dans leur moitié de terrain et incapables d’aller inquiéter Keylor Navas. Paris s’est montré inefficace en première période, butant plusieurs fois sur Costil, auteur d’un superbe match. Il a fallu attendre l’entrée de Mbappé à l’heure de jeu, en remplacement de Sarabia (transparent) pour que le PSG mette la machine en route. Les occasions se sont enchaînés et les hommes de Tuchel ont logiquement ouvert le score après un service du français pour Neymar, auteur de son 3e but en 4 matchs de Ligue 1. Si Mbappé aurait du resservir Neymar quelques minutes plus tard, l’attaquant a préféré tenter sa chance, sans réussite. Cette courte victoire suffit au bonheur de Paris, qui reprend le large en tête de la Ligue 1.

Car derrière, Angers a été tenu en échec face à Amiens. Le dauphin du PSG a mal commencé son match face aux Picards, encaissant un but avant le quart d’heure de jeu sur une mauvaise relance de son gardien Ludovic Butelle. Ensuite, Angers a du attendre la 83e minute et un pétard d’Alioui pour égaliser et continuer son bon début de saison. En bas du classement, Dijon a remporté son premier match sur le terrain de Reims (1-2) tandis que Monaco a enchaîné un deuxième succès consécutif à domicile contre Brest (4-1). Les monégasques reprennent de la confiance et respirent un peu mieux, surtout que les attaquants se sont régalés : Ben Yedder, Slimani (+ 2 passes D), Martins et Baldé ont tous marqué. De quoi se faire du bien. Enfin, Metz et Toulouse ont fait match nul (2-2) avec 3 buts entre la 88e et la 96e minute pour l’égalisation toulousaine, et Nice et Lille ont aussi partagé les points (1-1), avec un but sublime d’Araujo pour revenir au score.

Un nul, deux déçus

Dimanche, Strasbourg aussi s’est donné de l’air à la faveur de son succès face à Montpellier (1-0). C’est l’attaquant réunionnais Ludovic Ajorque qui a inscrit, de la tête, le seul but de la rencontre. 1-0 c’est aussi le résultat du match entre Nîmes et St-Etienne, pour les visiteurs. Les Verts soufflent un peu avec ces trois points acquis dans une période très difficile grâce à une tête de Debuchy sur corner, mais l’entraîneur Ghislain Printant reste très menacé.

À 21h, Marseille et Rennes ont chacun eu leur mi-temps. La première a été bien gérée du côté des Bretons, qui ont pressé haut les olympiens et produit du jeu. Ils menaient logiquement à la mi-temps (1-0) suite à l’ouverture du score de Niang (19e) et pouvaient être déçus de ne pas mener plus largement. Après la mi-temps, l’entraîneur de Marseille André Villas-Boas a décidé de sortir Amavi pour faire rentrer Radonjic et le visage de l’OM s’est transformé. Les locaux sont revenus dans le match se créant de plus en plus d’occasions avant de marquer sur corner par Caleta-Car. Ensuite, le match s’est délié, et sous l’impulsion d’un Camavinga rayonnant au milieu, Rennes y a cru, notamment sur la double-occasion d’Hunou. Mais Mandanda a sorti un double-arrêt extraordinaire pour maintenir l’OM à flot. Les phocéens ont aussi eu l’occasion de l’emporter, mais Benedetto a vu son tir du gauche partir au-dessus. Au final, les deux équipes se sont quittées sur un score nul (1-1) faisant deux déçus.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Ligue 1 Conforama