Rejoins-nous

Europe

Paris assure l’essentiel

Pour la 2e journée de la phase de groupe de la Ligue des Champions, le PSG a tenu le choc face à une équipe de Galatasaray accrocheuse. Les parisiens sont premiers du groupe. De son côté, le Bayern a coulé Tottenham.

Il ne fallait pas avoir les tympans de Timo Werner. Dans un stade Ali-Sami-Yen hostile et très bruyant à chaque fois que les joueurs du PSG avaient le ballon dans les pieds, les parisiens ont su faire fit du climat pour aller s’imposer dans la belle ville turque. Le match en lui-même ne fut pas exceptionnel, mais l’essentiel était de ramener les trois points pour le PSG. Les visiteurs ont eu la balle et les occasions, mais après avoir pêché en première période, notamment par Di Maria qui a perdu son face à face contre Muslera, la délivrance est arrivée en début de la seconde.

Sur une action rondement menée, Sarabia s’est retrouvé libre de servir sur un plateau Icardi, peu en vue jusqu’alors, qui n’a eu qu’à pousser le ballon au fond des filets (52e, 1-0). Après cette ouverture du score, le PSG a fait le dos rond. Mais ni Falcao, ni Feghouli entré en cours de jeu à la place de Babel, ni même Nzonzi, rayonnant au milieu pour Galatasaray, ne sont parvenus à mettre en danger Navas, même si le premier a vu sa tête lobée être sauvée par Marquinhos sur la ligne. Au final, cette courte victoire laisse le PSG en tête de son groupe car dans le même temps, le Real s’est fait surprendre à domicile par Bruges (2-2) qui aurait même pu gagner si Casemiro n’avait pas égalisé à quelques minutes de la fin.

Le Bayern fait très fort

Le choc de cette soirée, c’était dans le groupe B qu’on le trouvait. Le Bayern se déplaçait sur le terrain de Tottenham et le moins que l’on puisse dire, c’est que les bavarois aiment leurs déplacements dans le nord de Londres. Alors qu’ils avaient pris l’habitude de tarter Arsenal, les coéquipiers de Manuel Neuer ont cette fois giflé Tottenham et plutôt 7 fois qu’une. En effet, les allemands l’ont emporté 7-2 (!!) dans un match qui restera comme l’un des moments forts de la phase de groupe. Pourtant, à la pause, les visiteurs ne menaient « que » 2-1 grâce à une belle frappe en pivot de Lewandowski. Oui mais voilà, comme un symbole, l’ancien gunner Serge Gnabry a pris feu et inscrit un quadruplé, rien que ça, en seconde mi-temps. Au bout du compte, le finaliste prend une claque dont il se souviendra tandis que le Bayern se positionne déjà comme une équipe qu’il faudra aller débaucher.

Dans les autres rencontres, l’Étoile Rouge a dominé l’Olympiakos (3-1) alors que dans le groupe de Manchester City, le Shaktar est allé battre l’Atalanta sur son terrain (1-2). Manchester City lui, s’est contenté de peu face au Dinamo Zagreb (2-0) grâce à Sterling et Foden. Dans le groupe D enfin, l’Atlético est allé gagner sur le terrain des russes du Lokomotiv Moscou. Joao Félix en a profité pour inscrire son premier but dans la compétition, très loin de son compatriote Cristiano Ronaldo qui, en inscrivant le dernier but de la facile victoire 3-0 de la Juve face à Leverkusen, a marqué son 127e but de la compétition. Rien que ça…

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Europe

  • Il y aura des regrets

    Le Stade Rennais a eu sa chance et a même mené à Rome mais...

  • Parés au décollage

    L’Olympique Lyonnais s’est donné un bol d’air frais en allant gagner sur le terrain...

  • Pas idéal

    L’Europa League et les clubs français, c’est une histoire tumultueuse. Celle de cette année...

  • Départ en fanfare

    Le PSG a impressionné. Privé de leur trio d’attaque pour leur entrée en lice...