Rejoins-nous

Culture

Si les footballeurs étaient des superhéros

Petits, on les voyait comme des héros. Les footballeurs nous faisaient rêver et on les imaginait capable de tout. Alors si les footballeurs étaient des superhéros, qui seraient-ils ? 

Roberto Firmino : Dardevil

Un aveugle qui sauve New York de la criminalité, un footballeur qui marque sans regarder. Vous y voyez le lien ? Comme Dardevil, Firmino n’a pas besoin de regarder pour faire et bien faire son travail et ses « no look goal » (face à West Ham ou Séville) ou ses « no look pass » (face au PSV par exemple) font de lui le candidat parfait pour remplacer Matt Murdock dans la grosse pomme. Il ne lui manque plus que les lunettes de soleil.

Raheem Sterling : Flash

Ce qui distingue Sterling des autres c’est sa façon de courir. Ça tombe bien, c’est pareil pour Flash. Si le premier est létale en contre-attaque, le deuxième va tellement vite qu’il peut voyager dans le temps. Ce qui peut-être pratique s’il a par exemple louper son face à face en quarts de Ligue des Champions.

Romelu Lukaku : Luke Cage

Comme Luke Cage, Romelu Lukaku est puissant. Comme le héros de Marvel, il est rapide. Et comme son pendant new-yorkais, l’attaquant de l’Inter Milan est efficace. Pour preuve : son début de saison réussi en Italie, ou ses stats plus qu’impressionnantes en équipe nationale de Belgique : 80 sélections, pour 48 buts. L’avant-centre est d’ailleurs le meilleur buteur de sa sélection. Si seulement il pouvait avoir la force de Luke Cage pour faire taire les cris racistes émis à son encontre…

Hulk : Hulk

Bon… Au delà du nom qui est exactement le même, il y a bien une ressemblance entre le joueur du Shangai SPIG et le héros qui fait partie de la team Avengers. En effet, comme le personnage fictif, l’attaquant brésilien peut à la fois être Bruce Banner (inoffensif) ou se transformé en Hulk, le vrai, comme lors de la saison 2011-2012 où il termine meilleur buteur du championnat avec 23 buts en 26 matchs (33 buts toutes compétitions confondues) et meilleur passeur. Rien que ça !

Pierre-Emerick Aubameyang : Black Panther

Aussi agile qu’une panthère et aussi rapide que le félin, Pierre-Emerick Aubameyang fait lui-même le pont entre le personnage fictif et sa propre personne. Comme lorsqu’il marque à domicile lors du 8e de finale retour de la Ligue Europa contre le Stade Rennais pour remonter le score du match aller (victoire des rennais 3-1) et permettre à son équipe de se qualifier en quarts. Malgré sa panthère (non, pas Gomis), Arsenal s’inclinera lourdement en finale de la compétition contre Chelsea.

Idrissa Gueye : Diablo

Connaissez-vous le pouvoir de Diablo dans X-Men ? C’est simple, il peut se téléporter. Et sur ce début de saison, on dirait que le milieu du PSG aussi. Il n’y a qu’à voir son match contre le Real Madrid il y a quelques semaines (victoire 3-0) où l’ancien joueur d’Everton était partout. Son pressing intense et ses récupérations de balle ont fait un bien fou à son équipe et les milieux du Real se demandaient sans doute si l’international sénégalais ne se téléportait pas…

Cristiano Ronaldo : Superman

Le parallèle a déjà été fait maintes et maintes fois. Cristiano Ronaldo, son corps sculpté et surtout le sauveur de son équipe. À l’image de Superman, son corps sculpté aussi et sauveur de la planète d’innombrables fois. On ne compte plus le nombre de fois que Cristiano Ronaldo a été décisif, lui, le meilleur buteur de la Ligue des Champions. Il fut par exemple l’auteur de buts salvateurs après une défaite en match aller de Ligue des Champions comme ce fut le cas avec le Real face à Schalke, avec le Real face à la Juve (et ce retourné que même Superman n’aurait pas mis) ou avec la Juve contre l’Atlético. Bref, Ronaldo en Superman ou Superman en Ronaldo, ça ne choque personne.

Clique pour commenter

Laisser un avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

More in Culture